Textes & Affiches

Revenir à TLMD

Dernières nouvelles d'Italie




Brèves du désordre

Libération animale

Insoumission




Opération du 26 mai 2005
(Rome, Viterbo, Pescara, Bologne)

Opération "nottetempo"
(12 mai 2005)

Opération "Cervantes"
(juillet 2004)

Enquête sur les COR
(juin 2004)

Opération
"Black Out"

(24 septembre 2003)

Enquête sur les NTA

Enquête sur le CRAC

Enquête sur
Solidarietà Internazionale

(18 septembre 2001)

Lutte contre le TAV

Enquête Marini
(1996-2004)


Florence

Gênes

Lecce

Milan

Pise

Rovereto

Sardaigne

Turin




Adresses
des prisonniers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rovereto




Incarcération de Juan & Mike

Dans la nuit du 27 au 28 juin 2006, 4 anarchistes ont été arrêtés à Rovereto. Ils sont inculpés de « résistance, insulte, violence, dégâts sérieux et injure contre des fonctionnaires publiques ». Les compagnons avaient refusé de montrer leurs documents d’identité lors d’un contrôle des carabinieri (police italienne) qui eu lieu selon le procédé habituel : d’abord, ils les appellent par leur nom et ensuite ils veulent voir leurs papiers. Quand les policiers essayèrent d’emmener les compagnons au commissariat, ces derniers résistèrent. Comme les policiers ne pouvaient pas terminer l’opération eux-mêmes, ils appelèrent du renfort. Neuf fourgons de police sont immédiatement arrivés sur place. Les carabinieri ont frappé un des compagnons au visage avec une matraque et ont donné des coups de pieds aux autres. Les compagnons ont réagi. Six policiers ont du aller aux urgences et un de leurs véhicules a été endommagé.
Trois jours après, les compagnons ont été jugés à Rovereto. Mike (Daniele) a été condamné à une peine de 10 mois de prison, Juan de 9 mois, Evelin de 5 mois et Daniela de 4 mois. Ils ont tous été condamnés pour résistance et violence contre des fonctionnaires publiques. Mike a aussi été condamné pour avoir provoqué des dégâts sérieux. L’accusation « d’insulte aux forces armées » a été rejetée par la cour qui considère que « ne pas reconnaître l’autorité des carabinieri est une opinion politique qui n’est pas punissable par la loi ».
Daniela et Evelin ont été relâchées sous caution. Mike et Juan sont en prison.




Opération "1001"

Le 10 juin 2006, le procureur de Trento, Storari, a demandé l’arrestation de Juan, un compagnon anarchiste de Rovereto. Il est accusé des incendies des 22 octobre et 3 novembre 2005 de trois camionnettes de Trenitalia [sncf italienne], revendiqués par mail envoyé au quotidien Il Trentino depuis une cabine téléphonique où les flics avaient placé une caméra. Ces attaques visaient à protester contre la participation de Trenitalia aux déportations des immigrés sans-papiers.

Pour l’occasion, le parquet développe la thèse d’une association subversive à Rovereto contre Juan et divers inconnus (opération nommée “ 1001 ”), qui seraient responsables de diverses attaques contre des banques, des motos de carabiniers, des relais de téléphones portables, etc. accomplis ces dernières années à Rovereto.
Un juge ayant repoussé sa demande, l’appel avait lieu le 7 juillet. Entre temps, la nuit du 27 au 28 juin, Juan était arrêté en compagnie de trois autres personnes suite à un contrôle d’identité mouvementé. Le 1er juillet, il a pris 9 mois de prison et été incarcéré (avec Mike qui a pris 10 mois).
Le 7 juillet, le tribunal de réexamen a levé l’accusation d’association subversive (270bis) pour l’incendie de février 2005, et a maintenu contre le seul Juan celle de “ dégâts à finalité de terrorisme ”, délit qui prévoit jusqu’à 4 années de prison. Mike et Juan ont été transférés ce jour-là de la prison de Rovereto à celle de Vicenza. Par ailleurs, les éléments du dossier 1001 ont fait apparaître un énorme déploiement de moyens contre les anarchistes de Rovereto dans toute la ville : filatures, micros dans les véhicules et les maisons, caméras miniatures cachées dans les cabines téléphoniques ou près d’objectifs “ sensibles ”, voires cachées en face des domiciles dans des boîtiers Italia Telecom, etc.


 


Vol à l'arraché de la flamme olympique

Mercredi 25 janvier 2006
s’est déroulé à Trento, en procédure accélérée puis selon la procédure classique, le procès contre quatre anarchistes arrêtés puis incarcérés lundi 23 pour le vol à l’arrach’ de la flamme olympique.
Les accusations étaient “violence privée”, “résistance à personne assermentée” et “blessures” (le procureur avait laissé tomber l’accusation, décidément intenable, de “vol aggravé”). A la lumière des films, et malgré les dépositions construites de façon concertée par les flics, il n’est resté que l’accusation de “violence privée” contre Mike et Juan, condamnés respectivement à 4 et 3 mois de prison (substitués par environ 5 000 et 3 500 euros d’amende). Les deux autres compagnons ont été acquittés.



Procès "Papolla"

Le 7 juillet 2003
, Massimo Passamani file un poing dans la gueule à Enrico Papolla, conseiller municipal et chef de groupe d'Alleanza Nazionale.
Le 16 décembre 2004, il passera en procès pour ce fait avec un autre compagnon, accusé de "lésions graves". Il a d'abord été reporté au 17 mars 2005 et à présent au 9 juin 2005. Là, Massimo a pris 1 an et trois mois avec sursis, Juan une année avec sursis.




Affrontement avec des néo-nazis à Trento

Le 4 octobre 2002
, au sortir d'un débat à l'université de Trento contre les expulsions et les centres de rétention, des néo-nazis tendent un guet-apens place S. Severino. Ils ont le dessous, six d'entre eux sont blessés.
Le 24 juillet 2004, six compagnons sont perquisitionnés, arrêtés pour ces faits et incarcérés pour "coups et lésions en groupe". Ils sortiront de prison au bout d'une semaine et restent incuplés.


Procès "Benetton"

Le 3 décembre 2003
, deux compagnons passent en procès, accusés d'avoir déterioré avec de la peinture des vêtements dans un magasin Benetton de Trento en décembre 2002. Ils seront été condamnés à 200 euros d'amende.


Réoccupation du Bocciodromo (8-21 novembre 2003)

Le 8 novembre 2003
, des anarchistes de Rovereto ont réoccupé pour la troisième fois un hangar vide, le Bocciodromo occupato. Il s'en sont fait expulser le 14 novembre, les 9 personnes personnes présentes envoyées en prison (les 7 hommes à Bolzano, province de l'Alto Adige, les deux femmes à Vérone). Le procureur a requis jusqu'à trois ans de prison pour "vol aggravé d'énergie éelectrique" et "occupation illégale" le 17 novembre. Deux ont été acquittés, 6 condamnés à 6 mois avec sursis et un à 8 mois (parce que "récidiviste"). Miroslav Bogunovic est resté en prison une semaine supplèmentaire parce que les flics l'accusent en plus de "vol aggravé" parce qu'il aurait, la veille de l'expulsion, dérobé la disquette d'un photographe local (Fulvio Fiorini) venu photographier les lieux. Il a été condamné le x à y.


Textes, tracts, affiches et communiqués
Beaucoup de textes de Rovereto, en italien, sont disponibles sur http://guerrasociale

 


Numéros d'Adesso
feuille de critique sociale, CP 45 — 38068 Rovereto (TN)
Tous les numéros, en italien, sont disponibles sur http://guerrasociale


Numéros de El Salvanèl
feuille locale de critique sur l'environnement, CP 45 — 38068 Rovereto (TN)