2002

1er mai
: le poste de police du quartier de la Reynerie à Toulouse a son rideau de fer enfoncé par une voiture bélier puis est incendié par de l'essence répandue sur le mobilier. C'est la quatrième fois en trois ans qu'il est ainsi attaqué.

2 mai : quatre personnes tentent de libérer Saber Moussaoui (21 ans), placé en garde-à-vue au centre hospitalier de Font-Pré (Toulon). Ils échouent après avoir essuyé les tirs des policiers en faction, malgré leurs otages (le gardien et un maître-chien). Deux d'entre eux sont capturés, Jérôme Mariani et Karim Absala (20 ans).

6 mai : incendie criminel du McDonald's de Saint-Lizier qui devait être inauguré le lendemain.

6 mai : l'hôtel de police de Créteil se prend un tir de 22 long rifle dans la nuit.

14 mai : les policiers tentaient d'enlever un véhicule "abandonné" dans la cité des Tarterêts (Corbeil-Essonnes). Ils sont alors attaqués par des personnes cagoulées et reçoivent pavés et bouteilles. Alors qu'ils se barrent avec deux blessés, leur voiture est défoncée (vitres, carrosserie) et pillée : radio, casques, gilets pare-balle, papiers et vêtements "police".

15 mai : l'intervention policière "de routine" dans le quartier du Bois de Bléville (Le Havre) se solde par un policier blessé par les jets d'objets qu'ils ont dû essuyer, dont une dalle en fibrociment.

16 mai : le centre social et culturel de la cité des Aubiers (Bordeaux) est incendié avec des cocktails molotovs tandis que le bureau de police reçoit de l'essence qui coule sous la porte blindée, avant d'être allumée. Au même moment, une voiture bélier défonce la devanture d'un marchand de journaux et d'une boulangerie. La première voiture de flics qui se pointe est reçue avec des jets de pierre, de barrières métalliques et de cocktails par des personnes cagoulées situées en surplomb. L'arrivée des renforts les verra disparaître mystérieusement.

16 mai : un détenu (condamné à 30 ans pour vol avec arme et rébellion), parvient à s'échapper du quartier disciplinaire de la maison d'arrêt de Perpignan. Après avoir scié les barreaux de la cellule, il se fait malheureusement arrêter dans le sas d'entrée des véhicules.

16 mai : nouvelles émeutes en Kabylie. Plusieurs blessés graves à Bedjaïa lors d'une marche pour la libération des personnes arrêtées.

17 mai : évasion d'un homme lors de sa comparution immédiate au tribunal de Millau. Il a bousculé les gendarmes avant de parvenir à sortir par les grands escaliers.

19 mai : contrôle policier dans la cité de la Grande Borne à Grigny. Ils reçoivent divers projectiles qui défoncent leurs deux voitures sans parvenir à libérer la personne qui a subi le contrôle et été mise en garde-à-vue.

24 mai : Yasser M. (20 ans) s'évade en pleine audience du tribunal correctionnel d'Evry en sautant hors du box.

26 mai : alors qu'un jeune est en garde-à-vue à la gendarmerie de Brumath, plusieurs proches s'y rendent. L'intervention de Jacques Vacheret, adjudant-chef, se solde par un véhicule qui le heurte (côtes fêlées et contusions). Le père du garçon est arrêté et mis en examen pour "tentative de meurtre sur agent de la force publique".

27 mai : Laurent (29 ans) se rend au service du logement de Villeparisis "juste pour être relogé ou que des travaux soient faits dans [son] appartement", un logement social rongé par l'humidité. Furieux devant l'absence de la responsable, il sort un flingue non chargé puis menace, avant de repartir, "de brûler son appartement et de revenir flinguer la responsable du service". Interpellé un peu plus tard, il est condamné à 5 mois avec sursis et mise à l'épreuve pour "violence sous la menace d'une arme".

29 mai : élections législatives en Algérie, boycottées en Kabylie : grève générale, nouvelles émeutes, magasins pillés, affrontements avec les forces de l'ordre aux cris de "Pouvoir assassin". La mairie de Tizi-Ouzou est en feu, les bureaux de vote pris d'assaut et les urnes détruites. Près de 40 willayas sur 48 sont touchées par les émeutes. Depuis celles du 18 avril 2001 (une centaine de morts, des milliers de blessés), la répression a fait officiellement 115 morts et des centaines de blessés.

31 mai : Guiliana Mitkovic, 27 ans, accouche à l'hôpital de Metz. Cette prisonnière force ensuite la fenêtre verrouillée, descend le nourrisson de 4 jours avec une corde rallongée par des draps jusqu'à ses complices situés cinq étages plus bas. En tentant à son tour la belle, elle se blesse à l'atterrissage et perd connaissance avant d'être réincarcérée.